Envoyer à un ami Imprimer

Sécurité en vol

Décollage de Soyouz

Deux mois avant un lancement, la sécurité autour de la trajectoire du lanceur est analysée par la Sauvegarde Vol du CNES.
Cette équipe vérifie que la mission de l'opérateur de lancement Arianespace est conforme aux objectifs de la Loi sur les opérations spatiales puis prépare tous les supports Mesures. A l'approche du Jour J du lancement, les ingénieurs programment sur le lanceur les récepteurs de télécommande destinés à capter les ordres envoyés depuis le sol.

Dès le décollage, un suivi en temps réel permet à la Sauvegarde Vol de contrôler le comportement nominal du lanceur et de vérifier que ce dernier reste dans son couloir de vol. Programmé pour fonctionner de façon automatique, si le lanceur dévie dangereusement de sa trajectoire, la seule action possible est de le neutraliser en envoyant un ordre de destruction depuis le sol. Le contrôle porte jusqu'aux côtes africaines, où Ariane a déjà acquis une très grande vitesse à très haute altitude : une destruction à ce stade génère beaucoup de fragments retombant sur une vaste étendue en mer, sachant que quelques secondes après, le lanceur est satellisé et ne peut plus retomber, même si sa mission est un échec.


Pour tenir ce rôle primordial de "protecteur", la Sauvegarde Vol met en place pour chaque lancement une cellule de quatre personnes dont le responsable Sauvegarde Vol sera éventuellement amené à neutraliser le lanceur. Par jeux de dialogues et de concertation et grâce à de très nombreux entraînements sur différents scénarii, cette équipe garantit de prendre la bonne décision, appliquée par une seule personne. Car il faut bien comprendre qu’il n’y a que quelques secondes pour se décider et neutraliser le lanceur.

 

Le niveau de protection des populations est le même pour tous les lanceurs. Seuls changent les moyens d'intervention, eu égard à la conception de chaque lanceur. Ainsi, que l'on fasse exploser Ariane ou que l'on arrête la propulsion de Soyouz, l'on utilisera toujours les mêmes récepteurs, les mêmes radars, la même télémesure, et l'on gèrera le risque de la même façon : ils tomberont en mer, tous risques neutralisés.

Téléchargez les plaquettes de sécurité distribuées dans les boîtes aux lettres.