Envoyer à un ami Imprimer

SEAS - Surveillance de l'Environnement Amazonien par Satellite

SEAS Cercles de visibilité

La mise en place en Guyane (Cayenne), sur l'emprise du Centre National d'Etudes Spatiales - CNES - , d'une plate forme technologique de type station de réception multi-satellites dédiée à la surveillance de l'Amazonie est unique en Europe et en Amérique du Sud.

SEAS permet de surveiller l'exploitation des ressources naturelles (zones de pêche, déforestation/orpaillage, envasement/érosion,...) et aider ainsi les professionnels dans leurs interventions, leurs décisions. Il aide aussi à connaître, cartographier et suivre l'occupation du sol et ses usages (aménagement du territoire). Il facilite la planification du développement des infrastructures et leurs implantations. Sur le plan santé, il peut contribuer à identifier les foyers de dengue ou de paludisme par exemple et aider les médecins à mieux cerner les facteurs épidémiologiques de ces maladies.

Cet équipement de portée européenne a pour vocation d’attirer les meilleures équipes de recherche du monde entier, adossées au Pôle Universitaire Guyanais. L'usage de données à haute résolution optique (2,5m de résolution spatiale pour SPOT 5), et radar permet une très grande variété d'applications (cartographie, études environnementales, aménagement, etc.).
Le déploiement de station de réception multisatellites est une innovation. Le développement de produits spatiaux thématiques mobilise la plupart des organismes de recherche en association avec des industriels (Spot Image). Cela motive la mise en place d'une ERT (Equipe de Recherche Technologique) autour de cet outil.



SEAS au service de la Télé-épidémiologie

Dans le cadre de l'APR CNES 2013, le CNES finance deux projets de télé-épidémiologie :

- Le premier projet a pour objectif d'appliquer l'approche conceptuelle de télé-épidémiologie développée par le CNES au paludisme en Guyane. Il s'agit de combiner des données de télédétection et des mesures in-situ pour mettre au point des produits d'information réellement adaptés aux besoins des autorités de santé et de lutte anti-vectorielle.

Cette thèse présente un caractère novateur en testant l'apport d'imagerie satellitaire à très haute résolution spatiale (résolution inférieure au mètre) pour caractériser les zones écologiques favorables.

- Le second projet, en partenariat avec l'Institut Pasteur, a pour objectif d'identifier les déterminants climatiques et environnementaux des risques entomologiques afin de prévenir la dynamique spatio-temporelle du virus selon deux échelles spatiales différentes par une approche de télé-épidémiologie. Le projet a été lancé en mars 2014.