Envoyer à un ami Imprimer

La mer à boire !

La distribution d’eau à l’Ile Royale

En 2012, les îles du Salut ont accueilli 52 583 visiteurs. L'accès à l'Ile Royale, sur laquelle existent d'ailleurs quelques infrastructures touristiques (hôtel, restaurant, musée, sanitaires, camping, appontement...) est totalement libre.

Depuis l’époque du bagne, l’île Royale est alimentée en eau par un système de récupération des eaux de pluie, comprenant des gouttières de collecte sur les bâtiments et des citernes enterrées.

L’eau pluviale en provenance des gouttières est acheminée dans plusieurs cuves : la cuve du quartier des condamnés (de capacité de 130 m3), la cuve Reynes (de 180 m3) et enfin, la cuve de l’hôpital qui accueille 1360 m3 d’eau pluviale. Ces cuves sont interconnectées pour optimiser la capacité de stockage et la SGDE en relève le niveau une fois par semaine. Cette eau est destinée à l’arrosage des jardins du plateau et permet de garantir des abords fleuris, y compris en saison sèche.



L'osmoseur

 Pour résoudre le problème de la disponibilité d'eau potable particulièrement crucial en saison sèche, le CNES a décidé d’installer une usine de dessalement de l'eau de mer, en l’intégrant dans un ancien bâtiment du bagne situé en face du débarcadère.

A l’issue du traitement par osmose inverse, on obtient deux flux :
- le concentrat, chargé de tous les sels minéraux ;
- le perméat, une eau pure qui sera légèrement reminéralisée pour devenir potable et servir à la consommation quotidienne des habitants.

Avant la distribution, un stock tampon d’eau est entreposé dans une cuve du bagne réhabilitée, la cuve Seznec, à proximité de l’auberge.

L'avantage de cette usine de dessalement est qu'elle offre la possibilité d'une production "à la demande" (jusqu’à 50 m3/jour), ce qui évite un stockage trop important. Depuis la mise en service de l’osmoseur, l’eau courante de l’île est de bien meilleure qualité.

Fonctionnement de l'osmoseur

Télé-relevé des compteurs d’eau

Relève des compteurs d'eau à distance

 

L’installation d’osmose inverse a un coût de production onéreux par rapport à une ressource classique (telle que la nappe phréatique ou l’eau de rivière…). Dans un souci de parfaite maîtrise des risques techniques et financiers (comme les inondations ou les fuites), le CNES a confié à la SGDE, le soin de mettre en place un système de télé-relevé des compteurs d’eau.

Ce système équipe la vingtaine de compteurs du site de manière à garantir un suivi continu de la consommation d’eau de chaque bâtiment sur l’île.

Chaque compteur télé-relevé est équipé d’un capteur d’impulsions et d’un émetteur radio VHF. Le capteur d’impulsions lit l’index de la consommation d’eau et le transforme en format électronique.

L’émetteur radio reçoit le signal et le transmet au réseau de récepteurs VHF. Les récepteurs radios VHF collectent toutes les données électroniques transmises par les émetteurs dans un rayon de 300 mètres à plus de 1000 mètres. Enfin, le Système Informatique de Télé Relève (SITR) récolte toutes les données d’une zone via le réseau de téléphonie mobile d’un opérateur national.