Envoyer à un ami Imprimer

La fracture numérique

Village isolé

La fracture numérique qui isole encore les communes de l'intérieur du pays de celles du littoral et du reste du monde est susceptible d'être durablement et efficacement réduite par les technologies spatiales.


Le premier constat, c'est qu'une grande partie de la population de Guyane n'a pas accès aux nouvelles technologies de l'information et de la communication. Le fossé se creuse entre les communes du littoral et celles de l'intérieur du pays qui forment des zones enclavées où les habitants n'ont pas accès au savoir, à l'information.

Seule la technologie spatiale peut réduire cette fracture car elle s'affranchit du secteur terrestre et donc des contraintes géographiques responsables de l'enclavement des communes.

La technologie spatiale, dans ce cas précis, ce sont des liaisons satellite en bande C ou Ku, permettant, pour commencer, d'installer le téléphone dans ces communes. Une première opération avait été menée fin 2001, dans le cadre d'un partenariat entre la Communauté des Communes de l'Ouest Guyanais (CCOG) et la Mission Guyane du CNES, sur la commune de Grand Santi avec l'installation d'une station satellite.


Elle offre la possibilité, outre le fait de disposer de 4 à 6 communications téléphoniques simultanées, d'accéder à l'Internet et donc à la messagerie numérique. Par la suite, l'opérateur Outremer Télécom est entré dans le projet avec l'installation d'une station Vsat qui a permis l'arrivée du téléphone cellulaire dans la commune.

Le projet RING a pour objectif d'offrir aux opérateurs de communications électroniques une capacité de collecte fortement dimensionnée, sécurisée et à coût abordable afin de leur permettre de proposer leurs services aux populations situées dans les zones blanches de l'Intérieur, du Littoral et dans l'Est, sur le Tronçon Cayenne – Saint Georges. Le CNES apporte son support technique au Conseil Général pour la définition et la mise en place du projet RING.