Mammifères

Mouton paresseux relaché sur l'emprise du CSG


Les mammifères sont nombreux, notamment des espèces très rares, intégralement protégées, comme le jaguarondi (fauve noir plus petit que le jaguar), le grand tamanoir, le tamandua (fourmilier plus petit que le tamanoir et de couleur beige), le tayra (sorte de grande martre), la loutre commune, etc.

Des espèces moins rares mais tout aussi intéressantes, tels le cabiai (le plus gros rongeur du monde), des biches, paresseux, tatous ou tapirs, sont également observées.

Un partenariat entre le CNES/CSG et l'Association Chou aï contribue à protéger les moutons paresseux, race en voie de disparition.

Pourquoi le CSG ?

Le Centre Spatial Guyanais est une zone naturellement protégée pour la faune sauvage puisque la chasse y est interdite. Quant aux moutons paresseux, ils y trouvent non seulement un havre de paix mais aussi leur noutrriture de base en abondance: les arbres bois canons.

Les mesures liées à la sauvegarde de l’environnement prises par le CNES/CSG pour protéger la faune et la flore, garantissent un cadre de vie stable à ces animaux, trop souvent victimes de la déforestation.

Plusieurs centaines d'animaux  ont été replacés dans leur milieu naturel, sur l’emprise géographique du Centre Spatial Guyanais. La protection intégrale du mouton paresseux est aussi un des objectifs, les deux espèces présentes en Guyane n’étant préservées que dans les sites protégés.



Singe hurleur à proximité du chemin de roulement d'Ariane 5 - zone de lancement

Une convention annuelle lie, depuis 1966, le CNES et l'Office national de la forêt (ONF) pour la gestion du patrimoine forestier du CNES en Guyane. L'ONF se charge de la surveillance, de l'entretien et de la préservation de ce patrimoine. Cela concerne le domaine forestier de la Base mais également la Montagne des Singes et ses équipements (carbet, sentier botanique), ainsi que les carbets de la rive droite du Kourou qui se trouvent encore sur les terrains du CNES.


Une convention de partenariat est également à l'étude avec l'Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS) pour l'étude des cervidés forestiers de Guyane.

Comme l'explique Cécile Hansen, de l'ONCFS "l'idée est de profiter du fait que certaines zones du CSG sont totalement protégées de la chasse pour réaliser des abondances de faune. C'est à dire de réaliser des comptages, des captures pour marquage d'animaux et des suivis... L'étude que nous envisageons pour l'instant est celle des cervidés, et notamment des biches appelées Mazama (biche rouge et cariacou). Selon les résultats de l'étude, ces zones pourraient devenir zones témoins du secteur côtier."