Envoyer à un ami Imprimer

Espace protégé

Refuge interdit à la chasse pour les animaux sauvages, le Centre Spatial Guyanais se veut un terrain scientifique d'intérêt pour les observateurs de la faune guyanaise. Parmi eux, l'ONCFS a conclu en décembre 2012 un partenariat avec le CNES. Son objectif : étudier les grands mammifères terrestres qui peuplent les presque 700 km² du site de lancement.

La convention entre le CNES et l'ONCFS prévoit l’étude d'individus comme le jaguar ou le pécari à lèvres blanches (vidéo). In fine, ce dispositif délivre des données biologiques de référence, notamment pour caractériser les zones de vie des espèces visées. Les animaux étudiés sont capturés à l’aide de «pièges à pattes », auscultés, mesurés, pesés, équipés d’un collier émetteur pour suivre leurs déplacements, puis relâchés.

En septembre 2015, deux jaguars ont été capturés dans l’enceinte du Centre Spatial Guyanais. Les deux mâles, baptisés Galilée (capturé le 1er septembre) et Spoutnik (capturé le 14 septembre), ont reçu un collier GPS/satellite. Grâce aux localisations GPS recueillies, il est aujourd’hui possible d’identifier leur zone de déplacement. Galilée se déplace sur une zone d’environ 600 km² au-delà de l’enceinte de la base spatiale, alors que Spoutnik restreint ses déplacements sur 120 km² environ sans en sortir. Les recherches et la précision des points de localisation ont permis de retrouver un reste de proie ; un pakira (pécari à collier). Cette première information sur leur régime alimentaire sera complétée par l’analyse des crottes collectées au Centre Spatial Guyanais. 

Capture de jaguars

Cliquez pour voir toutes les photos !

En juin 2013, l'ONCFS a également dissimulé, 72 appareils automatiques financés par le CNES au cœur de l'épaisse végétation du Centre Spatial Guyanais. Ces clichés, complétés dans un second temps par un comptage à l’œil nu, servent à déterminer des indices de fréquentation et de densité des espèces cibles. Durant le camera trapping, l'ONCFS a identifié plus de 24 espèces différentes, parmi lesquelles le majestueux puma, deux rarissimes tatous géants en accouplement ou encore un tamanoir, le plus grand des fourmiliers de Guyane, avec son petit sur le dos.

Découvrez les photos des marsupiaux et cervidés, des oiseaux, des félins.

Le photo-piégeage était une première phase. Il a été complété par un dispositif de comptage par transect linéaire, en vue de récolter des données chiffrées sur l'abondance.

 

Clique pour découvrir la faune et la flore du CSG