Envoyer à un ami Imprimer

Les moyens de localisation météo

Localisation radar

La localisation s'appuie sur l'utilisation de trois radars de trajectographie : l’Adour 2, le Bretagne 1 et le Bretagne 2. A partir de l'émission d'une onde électromagnétique, émise par les radars et renvoyée par le lanceur, on peut, grâce à la mesure d'angle et de distance, localiser le lanceur dans l'espace.

• Adour 2 (site météo de Kourou)
• Bretagne 1 - Grand Leblond (Montagne des Pères)

Visite virtuelle de la Station Grand-Leblond : http://static.zooomez.fr/medias/csg/gd-leblond/

Il s'agit d'un radar de trajectographie impliqué dans la mission de localisation du lanceur. Il fournit des informations sur la position du lanceur dans l'espace.

• Bretagne 2 - Station de la colline Montabo (Cayenne)

La colline du Montabo est située à Cayenne, à 60 km de la ville de Kourou. Elle est équipée d'un radar de trajectographie, le Bretagne 2, qui participe à la mission de localisation du lanceur avec les deux autres radars Adour 2 et Bretagne 1.

Visite virtuelle de la Station Montabo à Cayenne : http://static.zooomez.fr/medias/csg/montabo/



Optique - Optronique

Les Iles du Salut doivent leur nom à l'expédition de Kourou en 1763. Au nombre de trois, elles sont situées à environ 13 km au Nord de la ville de Kourou.

En 1965, elles sont reconnues d'utilité publique en raison de leur position stratégique sous la trajectoire des lanceurs, et deviennent propriété du CNES en 1971. Accessibles par mer depuis l'appontement des Balourous, à Kourou, les îles du Salut sont devenues un haut lieu touristique et reçoivent prés de 50 000 visiteurs par an.

Visite virtuelle du Cinétélescope à l'Ile Royale : http://static.zooomez.fr/medias/csg/cinetelescope/

L'île Royale

C'est la plus grande des trois îles avec une superficie de 62 hectares. Elle culmine à environ 47 m. Entre 1971 et 1975, on l'utilise comme aire de lancement de ballons atmosphériques.

En 1969, on y installe un cinéthéodolite, instrument optique de localisation trajectographique, afin de couvrir les événements marquants du vol d'un lanceur depuis le décollage jusqu'à l'allumage du troisième étage. Aujourd'hui, le cinéthéodolite a été transformé en cinétélescope dont la mission est l'observation d'évènements en cours de vol dans le visible et l'infrarouge.



Météo

Les lancements sont fortement soumis aux contraintes météorologiques. En traversant une masse nuageuse (les cumulonimbus et les gros cumulus), un lanceur présente un risque de foudroiement en vol. Pour anticiper les risques, le Centre Spatial Guyanais s'est doté d'une station météo dès le début de ses activités, en 1968. Elle est située à environ 8 km du Centre Technique sur la route de l'espace qui mène aux ensembles de lancement.

La station météo du Centre Spatial Guyanais est entièrement dédiée au lanceur Ariane et se trouve impliquée dans toutes les opérations de préparation et de lancement (assemblage et transfert du lanceur, revue de chronologie lanceur, transports de satellites et ergols...). Elle fournit des prévisions météorologiques sur les précipitations, les vents, la foudre et les masses nuageuses. Dès 1968, les observations effectuées au sol sont complétées par des expériences embarquées à bord de ballons-sondes, d'aéronefs puis de fusées-sondes. Des ballons continuent d'être lâchés lors des campagnes de lancement Ariane.

Durant les campagnes satellites, des prévisions météorologiques sont effectuées au profit de la sauvegarde. Elles portent principalement sur l'évaluation des risques de situations orageuses et de précipitations, sur la direction du vent dominant et l'occurrence de rafales. Ces prévisions, à court terme, sont effectuées :

• pour les opérations dynamiques dangereuses sur les satellites,
• pour les transferts satellites,
• pour les dépotages, assainissements de lignes, transports d'ergols,
• pour le transfert lanceur de ZP en ZL.

Pour les chronologies telles que la revue systèmes lanceur, la répétition générale, les exposés météo de J-2 et J-1 et la chronologie finale, les prévisions portent sur l'état de critères spécifiques. Les exposés sont effectués au profit du Directeur des Opérations et du Directeur du CSG.

Des opérations météorologiques, portant également sur le risque lié à une situation orageuse, à des précipitations ou à une direction et force du vent, sont fournies de plus en plus fréquemment pour différentes opérations :

• les brûlages de propergol à l'UPG,
• les essais ARTA,
• les transferts de segments, étages, lanceurs, satellites ou citernes ergols, les travaux en hauteur.

• Dans le cadre de la convention entre le CSG et Météo-France et de la prestation standard vis-à-vis d'Arianespace, le service météorologique du CSG se doit d'assurer le recueil continu des paramètres météorologiques nécessaires à l'élaboration de tableaux climatologiques mensuels et de comptes rendus de lancements.

Les équipements météo permettent :

La prévision :

• le traitement des images satellites GOES et METEOSAT, avec le logiciel RIS

• l’exploitation des modèles numériques, à l’aide de l’outil SYNERGIE

La détection :

• la détection de la foudre (THOR)
• la mesure du champ électrostatique (avec les MAC)
• le traitement des images radars ROMUALD et RODIN

La mesure :

• du vent (mâts météo et ELFS). Utilisation de l’outil SAMM
• de pression, humidité et température, à l’aide des stations au sol XARIA
• les radiosondages (DIGICORA+ GPS) l’observation du ciel par l’homme

Le traitement :

• des données vents radars, par l’outil FROG
• l’archivage, la transmission et le traitement des données par SESAM.

 

Visite virtuelle de la Station Météo : http://static.zooomez.fr/medias/csg/meteo/